15 bonnes raisons de devenir consultant

1 1 – Affranchissez-vous de la politique

2 2 – Lorsque vous n’êtes plus au boulot, vous n’ÊTES plus au boulot

3 3 – Vous verrez beaucoup plus la vie d’une entreprise qu’un salarié

4 4 – Vous aurez facilement accès aux personnes les plus haut placées

5 5 – Se déplacer est plus ou moins hors de question

6 6 – 6a, heures sup, 6b heures sup, 6c j’ai parlé des heures sup ?

7 7 – Chercher un boulot au boulot est faisable

8 8 – Liberté avec votre planning

9 9 – Construisez votre image de marque

10 10 – Développez vos compétences aux frais du client

11 11 – Indépendance vis à vis des équipes administratives

12 12 – Plus de problèmes de variable

13 13 – Rencontrer de nouvelles personnes

14 14 – Respect

15 15 – Temps mort entre les clients

1 – Affranchissez-vous de la politique

Dans les 15 raisons de ne pas devenir consultant, je parlais du fait que vous ne serez jamais considéré comme faisant parti des troupes ou comme faisant parti des décideurs.

J’ai peu joué à la politique de bureau mais il y a quelques années cela m’a fatigué. Désormais lorsque les gens se demandent pourquoi Jim Bob a eu le coin du bureau à la place de Sallie Bob, j’ignore ces propos. C’est un vrai plaisir !

2 – Lorsque vous n’êtes plus au boulot, vous n’ÊTES plus au boulot

Chaque consultant aborde ça différemment mais lorsque je quitte un client, je me déconnecte. Je ne vérifie pas mes emails professionnels. Je ne prends pas les appels et je ne pense plus au boulot. Mes clients savent comment je fonctionne. S’ils ont besoin de me parler, ils devront attendre les horaires de bureau. Auparavant je répondais au téléphone et aux emails des mes supérieurs à minuit. J’écrivais des notes pendant mon petit déjeuner. Maintenant, si je ne suis pas au bureau, je n’y suis plus ni physiquement ni mentalement. Savoir se déconnecter est une compétence clé de mon renouvellement et donc de ma capacité de concentration lorsque je suis focalisé sur les problématiques de mon client.

3 – Vous verrez beaucoup plus la vie d’une entreprise qu’un salarié

Je connais des gens qui changent de boulots plus régulièrement mais un consultant fait ça encore plus fréquemment. Je passe de 6 mois à un an chez un client et donc j’ai un nouveau « boulot » au moins une fois par an. Inutile de m’inquiéter en terme de retraite ou d’avantages puisque rien ne change. Le plus gros truc à me rappeler, c’est la ligne de métro à prendre ! Cela permet de comparer les pratiques d’une entreprise à l’autre. Beaucoup de dirigeant nous voient comme des “abeilles” porteuses des meilleures pratiques.

4 – Vous aurez facilement accès aux personnes les plus haut placées

J’ai découvert qu’une fois que vous faites parti de l’entreprise, vous avez la liberté de naviguer parmi les niveaux hiérarchiques. Je peux passer une journée avec une équipe de débutants et la réunion suivante avec des hauts responsables. Vu que vous ne faites pas parti de l’organigramme, vous pouvez vous affranchir de passer par votre supérieur pour tout et n’importe quoi. Lorsque vous direz ça à vos collègues de bureau, ils seront parfois terrorisés à l’idée que vous alliez parler à leur N+2, c’est très amusant.

5 – Se déplacer est plus ou moins hors de question

Tout dépend du domaine dans lequel vous évoluez et de votre tolérance aux déplacements. Je connais pas mal de consultants qui ne font rien d’autre à part se déplacer. Ils passent leur semaine à l’hôtel. J’ai passé tellement de temps en déplacement, notamment plusieurs mois en Suisse, qu’il est facile pour moi de prévenir que se déplacer est possible mais pas à n’importe quelle condition.

6 – 6a, heures sup, 6b heures sup, 6c j’ai parlé des heures sup ?

Se faire payer un jour supplémentaire si vous travaillez tard n’a pas de prix. Je fais rarement des heures supplémentaires mais cela change complètement notre perception des heures supplémentaires. Pour moi travailler tard signifie obtenir un petit bonus sur mon salaire à la fin du mois. Pour mes collègues salariés cela signifie une baisse de leur taux horaire et du travail « gratuit » pour leur patron. La notion d’heures supplémentaires est parfois inapplicable si vous facturez à la journée mais dans ce cas vous pouvez avoir des journées plus ou moins courtes pour les équilibrer entre elles.

7 – Chercher un boulot au boulot est faisable

Vous pouvez demander à votre client quels sont les nouveaux projets à venir ou quels sont les besoins dans les entreprises de ses connaissances cela ne dérangera personne. Si un client A vous recommande à un client B et que vous faites un bon boulot pour le client B, le client A bénéficiera du fait d’avoir recommandé quelqu’un de bien. De votre côté, vous aurez des clients qui vous feront de la publicité. En tant que consultant, vous allez naturellement être à l’écoute des projets qui peuvent vous concerner.

8 – Liberté avec votre planning

Si vous êtes payé à l’heure, il est difficile pour un client de se plaindre du fait que vous prenez une journée de repos ; sauf si une grosse échéance projet approche et même dans ce cas vous n’êtes pas dans la même position qu’un employé. Si vous ne créez pas de valeur, vous n’êtes pas payé. Si un employé ne crée pas de valeur, il sera payé. De même, si vous êtes facturé à la journée, vous pourrez organiser votre journée librement du moment que les objectifs du projet sont atteints…. et s’il n’y a pas d’objectifs, trouvez-en.

9 – Construisez votre image de marque

Les salariés peuvent évidemment faire ça aussi mais pour un consultant c’est un défi amusant. Les salariés sont définis par leur rôle et leurs supérieurs. Un consultant peut créer sa propre marque de fabrique – il peut choisir les rôles, les clients et les compétences qu’il va vendre aux prochains clients. Vous pouvez choisir les projets qui vont vous aider à construire l’image que vous souhaitez, suivre les formations qui vont dans ce sens…

10 – Développez vos compétences aux frais du client

La plupart de mes clients m’engagent pour une raison bien précise. Ils auront souvent besoin de moi pour un projet annexe qui demande une partie de mes compétences ; mais aussi d’autres que je n’ai pas (un logiciel particulier par exemple). Le client me fera donc bénéficier de la formation et je serais payé pour être formé ! Ça n’a pas de prix comme dit Mastercard.

pourquoi devenir consultant

MICHAEL FERRARI

Source : 15 bonnes raisons de devenir consultant (esprit-riche.com)

Author: admin
Professeur d'université et consultant international. Juriste et spécialiste en finances publiques. Ecrivain. Informaticien réseaux et système. Domaines de recherche : Gouvernance démocratique, finances publiques, management public, elearning, forensics, sécurité réseaux, réformes judiciaires, sécuritaires et pénitentiaires. Une quinzaine d'ouvrages spécialisés (droit, économie, finances publiques, TIC), de romans et d'essais publiés.